Jardins

Publié le par Pi_ro_94

"Jardins" est une exposition qui a lieu au Grand-Palais à Paris. J'y suis allé hier soir sur les conseils d'une amie et je n'ai pas à le regretter. C'est une très agréable promenade à faire à Paris en ce moment et ce jusqu'au 24 juillet je crois. Il ne faut donc pas trop tarder pour s'y rendre.

Elle m'a inspiré un poème qui j'espère avec les quelques images qui l'accompagnent vous inciteront à la visite.

 

Comme un passant que presserait l’heure tardive

J’ai traversé ces jardins presque tous muraux

M’arrêtant parfois saisi par la beauté des vaux

Où j’errais parmi les verts et les couleurs vives.

 

Toutes sortes de fleurs, d’herbes et d’arbres venaient

Vers mes regards qui glissaient étonnés et rapides

En survol de nombreux parcs et châteaux français

Avec les poètes et les peintres pour guides

 

 

Mais comme dans un rêve j’étais aussi à Harlem

Et à Londres, partout où la nature fleurit et pousse

Pour l’agrément, le repos et cette heure douce

De la promenade, on y médite, on y aime.

 

N’est-ce pas ce qu’on demande aux paysages

Des jardins, nous offrir toute apprivoisée

Et sans ses dangers la Nature en majesté

Et seulement habillée de tendres ramages

 

De parfums capiteux et des jolie musiques

Du vent dans les feuilles et de l’eau qui s’écoule

Cascade et s’illumine d’étincelles, houle

A peine formée, geste de pure esthétique.

 

Et déjà le désir de refaire le chemin,

D’admirer les quatre cents couleurs des terroirs

De la Loire regroupées sur un parchemin

Japonais, la porcelaine de mignons arrosoirs

 

 

Les ancolies de Dürer et les citrons-courges,

De retourner vers les arbres mouchetés d’or

De Klimt, le petit jardin où Matisse dort,

Les marguerites de Caillebotte et la courbe

 

Joliment taillée en spirale des buissons,

D’embrasser d’un seul regard toutes les saisons,

Le printemps de Brueghel , l’automne d’Odile Redon

L’été de Cézanne et, de Vuillard, l’hiver ton sur ton

 

Où le paon et sa traine se confond dans la neige

Et aux Jardins du Trianon gouter au privilège

D’errer dans le passé au coucher du soleil,

Et au Parc de Saint-Cloud danser en habit vermeil

 

Avec Fragonard, enfin d’un regard d’oiseau

Visiter Christal Palace et son parc immense,

Des roses peintes presque humer la fragrance

Et d’un pied virtuel marquer le parc de Fontainebleau.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article