... Et le reste est littérature

Publié le par Pi_ro_94

Quand tu trempais, ô poétesse,

Tes doigts de lait dans l’encrier,André Salmon

Prévoyais-tu ce négrier,

Qui te donna huit cents négresses ?

 

Si chez les blancs tu fus ogresse,

Ô cœur par l’âme exproprié,

Les nègres que tu fais crier,

Nous diras-tu s’ils t’intéressent ?

 

Colibri gorgé de mouron

Tu ne tourmentes qu’en cachette.

Bourreau que l’Europe regrette !

 

Et tu pleures, couchée en rond,

D’entendre en la forêt secrète,

Le chant d’un esclave marron.

 

                André SALMON

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article