Impression automnale

Publié le par Pi_ro_94

Aujourd’hui, matin d’automne, des ombres

Passent sous les parapluies, les fumées grises

Filent vers l’Est, rapide vague sombre,

L’air résonne des ferrailles qui se brisent,

 

Le ciel subit des arbres dénudés

Les griffures noires, tandis que volent

Et tombent toujours, esquifs égarés

Dans le vent, des feuilles qui semblent folles.

 

J’entends le bruit métallique des trains

Celui plus grave et rond des voitures

Un engin s’arrête, monte son vérin

Le redescend, mystérieuse écriture,

 

Qui recommence de l’autre côté

De la rue où l’engin passe et repasse,

Une voix humaine s’avance, feutrée

Devient compréhensible puis s’efface,

 

Tout le travail et les rumeurs mêlés

De la ville et la nature pénètrent

En moi qui attend, front à la fenêtre,

Le soleil et l’éclaircie annoncés.

 

 

 

Commenter cet article

Patou 10/01/2012 13:23

Un joli poème nostalgique avec les touches de l'automne et de la ville...