La Saint Barthélémy

Publié le par Pi_ro_94

  St-barthelemy.jpg  

 

 Moi qui écrit cette histoire, j'ai échappé par miracle à la fureur de la Saint Bathélémy. Ce jour là tout s'était passé comme d'habitude : il y avait eu une rixe entre mes frères les protestants et des soldats catholiques qui étaient venus les injurier dans l'auberge qui faisait face à ma maison, mais cela avait été sans gravité, heureusement ! Et le soir je regardais, apparamment tranquille, le coucher du soleil mais au fond de mon âme je ressentais comme un vague pressentiment ; j'avais l'impression qu'il allait se passer quelque chose cette nuit là ; mais je ne savais pas quoi. Mon coeur en était pincé, ma poitrine oppressée. Soudain une angoisse me saisit et je restais une heure près de ma fenêtre grande ouverte tous les sens en alerte.

 

    Et lorsque la nuit fut venue j'étais encore là, épiant le moindre bruit et fouillant des yeux les ténêbres grandissantes dans la crainte de de voir l'ombre casquée d'un de ces démons catholiques attendant le moment propice pour bondir sur les protestants endormis. Soudain, du côté du Louvre, Paris s'incendia. Etais-ce déjà eux avec leur torches ? Oui, et j'entendais le bruit de leur armée sur les pavés des rues, j'entendais les portes qui craquaient puis un premier coup de feu parvint à mes oreilles, suivi d'un long râle affreux. Là colère m'obscurcit l'esprit et la vue et je vacillai un instant sur mes jambes avant de me précipiter dans la rue, le coeur plein d'une violence vengeresse. Le tocsin sonnait lugubre.

 

   Mais quand je fus dehors mon courroux s'appaisa et je compris qu'il était inutile, dangereux et fou même de me précipiter ainsi, seul et presque nu, au devant des ennemis. Aussi quoique jeune et vigoureux, sans femme et sans enfant, je décidais de fuir non sans quelque terreur dans l'âme : peur de la mort mais aussi et surtout peur de ce que je considérais alors comme une lacheté. Je courus longtemps dans les rues, m'arrêtant souvent pour épier les bruits, invoquant le nom de Dieu et le priant de bien vouloir m'assiter et parvint enfin à m'échapper de la ville grâce à un compagnon d'infortune que j'avais rencontré.

 

Aujourd'hui je vis au Pays-bas, je suis marié, j'ai deux enfants, je m'occupe d'une importante filature de coton à Amsterdam et j'ai changé mon ancien nom de Tréglaude pour celui de Van Gloeden. Je rends grâce à Dieu de tous ses bienfaits.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tibicine 25/09/2010 02:24


Bonjour Piro. Les juifs ont fait cela aussi. Ils durent changé de nom voire se reconvertir ou arrêter de circonciser leurs garçons pour ne plus être visibles. Certains ne se tournèrent plus vers
Dieu ; ils se pensèrent abandonnés par lui. En fait, Dieu ou la force supérieure créatrice de la vie et de l'univers n'y est pour rien. Ce sont les hommes qui sont des dictateurs et qui justifient
leurs actes sanglants par leur foi légitime pour accéder au pouvoir. C'est bien une histoire d'homme ou Dieu a bon dos.
Merci d'être passé par chez moi ou tu constates ma si petite présence. Mon niveau de confiance est 1 (rire).
J'espère que tu as passé de bonnes vacances. @ bientôt l'ami.Tibi


Pi_ro_94 25/09/2010 19:35



"Eli, Eli, lema sabachthani ?" aurait-dit Jésus sur la croix. "Mon Dieu, Mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ?" Tu remarques que mon personnage ne se croit pas lui le moins du monde abandonné de
Dieu mais lui rend grâce. Ceci dit tu as raison Dieu, qu'on croit ou ne croit pas en son existence, n'est pour rien dans ces histoires de massacres religieux. Seul l'homme est responsable. Je
suis un peu comme toi avec un niveau de confiance très bas mais je m'en moque un peu m^me si comme tout un chacun cela me fait plaisir d'avoir des visiteurs et visiteuses.



Dr WO 27/08/2010 09:34


Et c'est ainsi que de nombreux Français ont essaimé à travers l'Europe.
Dr WO