Le chat de Schrödinger

Publié le par Pi_ro_94

 

Plusieurs jours j’ai vécu avec le chat de Schrödinger.

C’est un chat très curieux tout à la fois vivant et mort.

Une machine infernale dispose de son sort

Intriqué à celui de l’atome qu’un compteur Geigerchat-de_schrodinger-2.JPG

Surveille ; mais  le mistigri évidemment l’ignore.

 

Lui, tant épris de liberté le voilà enfermé,

Il miaule, et fait ses griffes sur la terrible cage,

Espérant qu’avant l’heure quelqu’un viendra vérifier

S’il est vivant ou mort. En attendant il passe sa rage

D’animal en  pleine santé  sur les parois d’acier.

 

Qui sait, un laborantin aura peut-être pitié

Et, touché par sa peine et ses hurlements frénétiques,

Arrêtera cette expérimentation scientifique.

Hélas ! la science inexorable maintient son épée

De Damoclès radioactive et la fission atomique

 

Empoisonnera ou pas son sang en brisant la fiole

D’acide cyanhydrique ou en ne la brisant pas.

Pour le moment, comme s’il avait bu quelque boisson folle

Le physicien quantique voit double, et le trépas

Du chat superpose à sa vie le spectre de sa corolle.

 

Qu’importe, ce qu’aimerait le physicien quantique c’est voir

Quadruple, centuple, milluple et pour lui finalement

Le chat  vivant et mort ou mort et vivant ou mort ou vivant

N’est pas un système  qui accroît suffisamment son pouvoir

De calcul pour résoudre les mystères de l’Univers tournoyant.

 

Il rêve d’un ordinateur qui d’une seule équation

Et en quelques secondes réunirait l’infime à l’immense.

Sept jours lui semblent un temps trop grand pour cette addition

Et il invente des théories démentes en apparence

Pour réduire l’incertitude qui règne au sein des baryons.

 

Il se pourrait bien que le fameux chat de Schrödinger,

Matou à l’esprit très matois et ubiquiste existe

Sous différents états quantiques dans plusieurs univers.

Serait-ce vraiment la solution à l’énigme qui enkyste

Depuis un siècle la théorie des particules élémentaires

 

Ce chat qui, comme la Lune, nous présenterait toujours

Un seul côté et qu’il faudrait observer pour savoir nous-mêmes

Dans quel univers nous vivons et quels sont les phénomènes

Non pas possibles mais réels ? Et quel compte à rebours

Nous dirait d’où nous venons si tels des Pierrots blêmes,

 

Et plus agités que des électrons dans leur atome,

Nous sautions sans prévenir d’un des univers à l’autre ?

Où nos amis nous chercheraient-ils si, ni à Côme,

Ni à Paris ni ailleurs, nous n’étions, mauvais apôtres,

Localisables et aussi fuyants que des fantômes ?

 

Mais fort heureusement la « décohérence » nous sauve

Et l’immensité du nombre d’atomes qui composent

Le chat autant que l’homme nous interdit d’arpenter

L’espace d’Hilbert même sous la forme discrétisée

De touristes quantiques y cherchant une fine osmose.

 

Si donc le chat ne peut être la mesure de toute chose

L’Homme le restera-t-il comme les Grecs le pensaient

Ou bien lui faudra-t-il réviser ses idées et, défait,

Reconnaître que son savoir est atteint de lordose

Et a besoin pour se soutenir de nombreux étais ?

 

(Pour les âmes sensibles je précise que l'expérience de Schrödinger n'était qu'une expérience de pensée. Il n' a jamais été question de soumettre un chat à une telle expérience en vrai)

Commenter cet article

Naje 27/05/2011 23:30


J'ai l'impression que tu l'as modifié par rapport à la version entendu un soir au "Plateau" lors d'une scène slam.


Pi_ro_94 28/05/2011 11:45



Peut-être mais je ne m'en souviens pas. En tout cas ce serait très à la marge



Pi_ro_94 23/05/2011 17:52


Merci Tibicine de ton passage et de ton commentaire. Ma modestie en prend un coup mais je ne boude pas le plaisir que ton com' me donnes. Content d'avoir pu t'en offrir aussi.


Tibicine 23/05/2011 13:30


Bonjour Piro. Quelle écriture dis-moi ! Et quelle philosophie ! BRAVO ! Le texte slam te va comme un gant ! Fort heureusement que cette expérience resta dans la pensée de l'homme ; on a pu voir
dans l'histoire et encore aujourd'hui que ce n'est pas le cas...Encore bravo pour ton texte d'une grande qualité. Tibicine