The Jolly Banker (le banquier joyeux)

Publié le par Pi_ro_94

Je m'appelle Tom-Toujours-mieux

Et je suis un banquier joyeux,

Le banquier joyeux c'est moi...

 

Je protège le fermier, la veuve, l'orphelin courageux,

En chantant "J'suis un banquier joyeux,

La banquier joyeux c'est moi."

 

Si tes récoltes t'inquiètent, quand souffle la tempête,

Je mesure tes pertes et j'ajuste ton hypothèque,

En chantant...

 

Si l'argent vient à manquer, s'il faut nourir la maisonnée

Je t'accorde un prêt pour changer ton canapé,

En chantant...

 

Si je vois que tu es cuit, je te fais un petit crédit,

Et je m'assure que, pour cinq, à chaque fois

                                                             tu m'rendras dix,

En chantant...

 

Si ta voiture tombe en rade, que sous toi le sol se dérobe

Je fais saisir ta maison, ta voiture, ta garde-robes

En chantant...

 

Si des bestioles ravagent tes bléés, que tun'sais plus

                                                                    à quel saint t'vouer,

J'accours pour t'aider, te ratisser et te plumer,

En chantant...

 

Si le proprio te méprise et te maintient sous son emprise,

J'appelle la police pour t'éviter de faire une bêtise,

En chantant "J'suis un banquier joyeux,

Le banquier joyeux c'est moi."

 

                                              Woody Guthrie (192-1967)

                                              Chanteur et guitariste folk américain

 

Cette chanson date de 1939, étonnant non ? On croirait entendre les créanciers tourner autour de la Grèce et d'autres pays ou particuliers.

Commenter cet article

Tibicine 12/11/2011 22:30


Bonsoir Piro. C'est une chanson bien réaliste, qui plus est, nous montre combien les choses ne changent pas! à bientôt, Tibi


Patou 11/11/2011 02:10


Tu as raison, "l'exloitation" des gens ne change jamais, si ce n'est pour s'empirer. Les banquiers et entreprises internationales se moquent totalement du "peuple", quant aux politiques... ils
jouent leur jeu, "pas le choix", prétendent-ils. Jusqu'à ce que peut-être les gens se révoltent partout ?
Merci pour ton message qui m'a touchée, mais je suis un peu triste que tu n'aies pas laissé un mot sur le poème d'Ysengrin. Je sais que ses amis connaissent ses poèmes et semblent se souvenir de
tous,au point souvent de ne pas penser à en dire un mot, je le comprends, mais ça me fait hésiter à continuer son site...