Voyage au Queyras : Guillestre - Mont-Dauphin (suite)

Publié le par Pi_ro_94

Avant de redescendre sur la gare de Mont-Dauphin, j'ai profité de la matinée pour faire une visite guidée de la forteresse.

La rue principale en journée

 

Un des glacis entourant la forteresse

Ce que nous a expliqué la guide, c'est qu'ils étaient étagés, en haut il y avaient des soldats avec un fusil chargé, un peu à l'abri derrière le monticule de terre et derrière, un peu en contrebas, les soldats qui rechargent les fusils et en passent d'autres tout chargés et éventuellement de prendre la place  d'un tirailleur qui serait blessé ou mort. Du fait de la pente à gravir les assaillants étaient tirés comme des lapins. C'était l'idée car en réalité la forteresse n'a jamais été un lieu de bataille et presque jamais essuyé le feu de l'ennemi. Un peu comme dans Le désert des Tartares de Dino Buzzati ou Le rivage des Syrtes de Julien Gracq, cette forteresse destinée à surveiller et protéger la frontière, n'a pas vraiment servi du fait du déplacement des frontières suite au Traité d'Utrecht et les militaires y attendirent en vain l'ennemi. Ce n'était pas marrant pour le soldats en garnison surtout l'hiver très rigoureux et long, aussi Vauban a créé un village pour accueillir la famille de soldats et des paysans et artisans et égayer un peu cette vie morne.

Muraille de fortification

Les murailles étaient quasiment indestructible en raison des masses de terre qui amortissaient le choc des boulets.

La lunette d'Arçon avec sa casemate à feux de revers
Les fossés de la forteresse
Le souterrain qui relie la lunette à la citadelle

La lunette étant un ouvrage avancé, il falalit la relier à la forteresse  de manière invisible par un souterrain.

Dans le souterrain
Meurtrière
Plan de la lunette d'Arçon, de la casemate, du souterrain et des demi-lunes
Escaliers d'accès au faîte des murailles

Il fallait une échelle pour accéder aux premières marches, ensuite on la retirait et l'ennemi ne pouvait plus y monter facilement. Chacun des bastions de la forteresse  défend le ou les bastions adjacents, leur distance est donc calculée en fonction de la portée des fusils de l'époque.

Vue sur les montagnes
Vue sur le Guil

Comme je ne restais pas à Mont-Dauphin je me suis contenté de visiter la forteresse mais on voit ici qu'il y a certainement de belles randonnées à faire autour de Mont-Dauphin.

La poudrière

Elle a été recouverte de terre après sa construction quand les bombes sont devenues plus performante.

L'arsenal

L'arsenal est le seul bâtiment de  la place-forte ayant subi l'épreuve du feu en juin 1940, un avion italien y vida sa cargaison de bombes qui restaient dans ses soutes. Une des ailes de l'arsenal fut entièrement brûlée.

Plan de la poudrière
Intérieur de la poudrière

 

Derrière cette grille une canalisation se cache qui permettait en cas de prise par l'ennemi, d'inonder la poudrière, l'empêchant d'utiliser la poudre.

 
Le plan de l'arsenal
Poutre et colonne en mélèze dans l'arsenal

 

Publié dans Voyages, Mont-Dauphin, Photos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article