Ô! Toulouse

Publié le par Pi_ro_94

Quelques photos de Toulouse que chantait Claude Nougaro.

Je commence par un immeuble qui n'est pas très caractéristique du style de Toulouse. Cet hôtel était situé sur le chemin que j'empruntais quand je voulais me rendre dans l'hyper centre de la ville. Mon hôtel était lui situé tout à côté du Canal du Midi. Celui-ci n'en était pas très éloigné mais se situait sur l'autre rive dans une rue perpendiculaire.

Cela commence à ressembler à Toulouse

Une colonne à la mémoire du général Dominique Martin Dupuy et aux braves de la 32ème demi-brigade qu'il commandait. C'était un général toulousain de la Révolution Française ayant fait les campagnes d'Italie et la campagne d'Egypte au cours de laquelle il est tué lors de la révolte du Caire après s'être illustré lors de la bataille des Pyramides. Il avait trente et un ans. 

Remonter le temps est un des plaisirs des voyages

L'un des griffons de la colonne-fontaine
La victoire ailée portant les couronnes de lauriers
Gerbes déposées sous le monument aux morts de la guerre de 14-18

Il doit y avoir une communauté arménienne importante à Toulouse pour commémorer ainsi le génocide des Arméniens de 1915.

Le bas-relief du monument aux morts de la Grande Guerre

Déjà plus d'un siècle d'histoire revisité en quelques pas depuis mon hôtel. Je trouve l'œuvre assez originale.

Maisons dans la "ville rose"
La cathédrale Saint-Etienne
Le porche et la tour de la cathédrale Saint-Etienne
A l'intérieur de la cathédrale

 

le Choeur de la cathédrale

Dans cette cathédrale Saint-Etienne on remarque à côté d'œuvres remarquablement conservées ou restaurées d'autres qui auraient bien besoin d'un bon nettoyage. Ici par exemple des tâches blanches masquent le dessin et les couleurs qu'on devine parfois dessous. Il semble qu'on ait aussi bouché des fissures sur les colonnettes sans souci d'esthétique. Dommage ! car cette cathédrale hors cela est magnifique.

Quelques explications sur cette Sainte Germaine, ici représentée plusieurs fois. Sainte Germaine, de son vrai nom Germaine Cousin était la fille d'un couple de laboureur, née dans le dernier quart du 16ème siècle. Sa mère morte alors qu'elle était très jeune son père se remaria. La belle mère détestant sa belle fille,  l'obligea à dormir dans un réduit et la maltraita. Elle obtint de son père d'aller aux champs garder les moutons. Là, selon la légende, elle aurait accompli plusieurs miracles.  Celui, le plus souvent représenté dans l'iconographie chrétienne est le miracle des roses : poursuivie par sa belle-mère qui l'accuse de voler du pain, elle entrouvre les plis de sa robe et au lieu du pain se sont des roses qui apparaissent. Son père la découvre morte un matin de 1601 dans le réduit où elle était obligé de dormir alors qu'elle a vingt deux ans. Elle est enterrée dans l'Eglise de Pibrac, un village près de Toulouse et totalement oubliée jusqu'à ce que le sacristain en 1644, préparant des funérailles, creuse une fosse et y découvre le corps de Germaine cousin miraculeusement conservé et tenant un bouquet de fleurs à peine fanées. Elle est sortie de la fosse et mis dans un cercueil en plomb déposé dans la sacristie et oubliée une nouvelle fois pendant environ seize ans. C'est le vicaire général de l'archevêque de Toulouse en visite à Pibrac qui fait rouvrir le cercueil qu'il est étonné de trouver dans la sacristie. Germaine est toujours aussi fraîche. Il fait creuser tout autour de la première fosse pour vérifier l'état des morts, il ne trouve que des squelettes. C'est en 1700 qu'il demande l'ouverture d'un procès en canonisation. Elle est d'abord béatifiée par le pape Pie IX en 1854 puis canonisée en 1867. C'est passablement long de devenir une sainte de l'Eglise catholique. On goûtait déjà au 16ème siècle aux délices des familles recomposées mais on ne se préoccupait pas trop de la maltraitance à l'égard des enfants.

Clef de voûte décorée
Autre clef de voûte
Fleurs de lys et timbres de la Viege, on peut voir aussi le M de Marie
Le Baptême du Christ
Sièges dans le choeur
Détail d'un des sièges
Tête de cheval décorant un autre siège
Tête humaine décorant un autre siège
La Lapidation de Saint-Etienne décorant le grand autel de la cathédrale

J'ai pris ces deux dernières photos à travers la vitre qui protège l'accès à cette chapelle de la cathédrale.

inscription sur le manteau du saint.

 

Publié dans Voyages, Photos, Toulouse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article