Automne alchimiste

Publié le par Pi_ro_94

Automne au ciel changeant te voici à nouveau.

Alchimistes, faisant de l’or avec les feuilles,

Tes vents poussent les nuages occidentaux

Vers l’orient des saisons que la pluie noire endeuille.

 

Hier pourtant il faisait beau, le soleil bravait

Tes tempêtes et ton tourbillon inlassable

Où les pieds de maïs mûrs tremblaient et bruissaient.

Sur mon vélo, j’écoutais leur musique agréable

Et tout aussi têtu, dans la plaine infinie

Des plateaux franciliens, j’écrasais les pédales,

La joie de cet effort me tenait compagnie,

Pendant que j’avançais dans l’obstinée rafale.

 

Ô vents d’automne après m’avoir contrarié

Vous avez dû soufflant toujours avec violence

Aider à mon retour. Ô le plaisir d’aller

Avec vous si vite qu’on tue les impatiences

 

Etonnamment les murs que dressaient devant moi

Les routes se cabrant me coutaient peu d’effort,

J’étais aux anges et pédalais dans la soie.

Je fus vite chez moi pour que je m’y restaure.

Publié dans Poésies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

tilk 22/10/2019 10:50

j'aime beaucoup ton poème
j'aime moins l'automne (je suis du sud)
et même si les couleurs sont fantastiques
j'aime pas voir mon jardin dépérir
amitié
tilk

Piro 22/10/2019 11:15

Merci de ta visite tilk. C'est une autre beauté qui apparait quand tu dis que ton jardin dépérit.

Sedna 15/10/2019 13:24

on sent le vécu dans ton texte automnal où le vélo nous entraîne sur tes routes..j'aime beaucoup