Dans le Marais

Publié le par Pi_ro_94

Le Marais est aussi un haut-lieu du Street-art à Paris. Je m'y suis promené hier en soirée et à la nuit tombée.  C'est un quartier très animé et très commerçant. Commerces de bouche et de fringues ne manquent pas. On y est quand même bizarrement accueilli par ce terrible visage souffrant, d'un expressionisme violent.

On dirait Greta Thumberg qu'on aurait affublée d'un nez de clown gris.

Pin-up avec un chat

Natsume Soseki de son vrai nom Natsume Kinnosuke est un romancier et nouvelliste japonais né le 9 février 1867 à Edo (aujourd'hui Tokyo) et mort à Tokyo le 9 décembre 1916. Il né un an avant l'air Meiji. C'est un enfant non désiré, sa mère à sa naissance a 40 ans et son père 53 et ont déjà 5 enfants. Il est confié à un couple de serviteur avec lequel il reste jusqu'à leur divorce alors qu'il a 9 ans. Il retourne dans sa famille ; sa mère l'accueille bien et son père le rejette. Il la perd en 1881 alors qu'il a 14 ans ainsi que ses deux frères ainés en 1887. Il prend son nom d'écrivain en 1888, Soseki vient d'une expression chinoise qui veut dire "se rincer la bouche avec une pierre et faire de la rivière son oreiller". Toute une philosophie ! Je tire tout cela de Wikipédia. Il est l'auteur de" Je suis un chat" son premier roman qui est un succès ainsi que le suivant "Botchan". Une partie de sa vie est le sujet d'un manga japonais traduit et édité au Seuil "Au temps de Botchan". On comprend pourquoi il y a tant de chat sur son kimono. J'ai lu le premier volume, très intéressant.

Charlot à la rose
femme masquée et bandée de Eddie Colla
Au coin de la rue des Hospitalières Saint-Gervais, le Parvis des 260 enfants

Ce parvis a été inauguré en 1998 par Anne Hidalgo, maire de Paris et Ariel Weil, maire du IVème arrondissement pour commémorer, les 260 enfants qui étaient scolarisés dans l'école communale de la rue des Hospitalières Saint-Gervais, garçons et filles juifs raflés en 1942 et déportés dans les camps de concentration et d'extermination nazis souvent avec leur parents. Deux seulement survécurent à cette déportations, un frère et une sœur. 

Une curieuse librairie

Assez caractéristique de notre époque cette librairie transformée en magasin de fripes et chaussures Nike.

En dessous toute une série d'œuvres situées  dans l'impasse des Arbalétriers : une ruelle courte et étroite entre deux vieux hôtels du début du 17ème siècle. Au Moyen-Âge elle conduisait à l'hôtel Barbette, prévôt des marchands. C'est là que le 23 novembre 1407 fut assassiné Louis d'Orléans, frère de Charles VI par Jean sans Peur, duc de Bourgogne. Ce meurtre déclencha la guerre civile des Armagnacs contre les Bourguignons.  Guerre civile qui intervient durant la guerre de Cent entre le royaume de France et le royaume d'Angleterre. Rappelons que Charles VI est fou et que la régence après avoir été exercé par le père de Jean sans Peur, Philippe le Hardi, elle est à la date du meurtre exercée par la reine Isabeau de Bavière. N'ayant pas le prestige ni l'habileté de son père Jean sans Peur se fait peu à peu évincé  du Conseil Royal par les intrigues de Louis d'Orléans. C'est à la sortie d'une entrevue avec la reine que Louis se fait assassiné. Jean sans Peur se fera assassiné à son tour quelques années plus tard.

Girafe cénobite de Codex Urbanus

Codex Urbanus est un artiste de rue français né en 1974. Il peuple les murs de Paris d'un bestiaire fantastique. Ici vous avez la figure 254 de son album mural de chimères. Les cénobites sont un crustacé décapode et la girafe un mammifère ongulé africain. La girafe cénobite est donc le croisement improbable d'une girafe et d'un cénobite. Codex Urbanus dit de lui que la chimère lui est naturel et qu'il ne vit dans le réel qu'à temps partiel. Il a commencé par dessiner des "villes utopiques". Il recherche la spontanéité, le dessin naïf.

Une fleur de la Nouvelle Vague

Vous avez reconnu Françoise Dorléac, la sœur de Catherine Deneuve, morte trop tôt à 25 ans dans un accident de voiture. Elle a tourné dans 18 films dont La peau douce, un film de François Truffaut de 1964. Née en 1942, elle est décédée en juin 1967. 

Ray Charles

A.L Tony est un artiste né à Sabugal au Portugal.

Joséphine Baker de FKDL

FKDL est un peintre et collagiste français né en 1963 à Paris et qui vit et travaille dans la capitale. De son vrai nom Frank Duval, c'est un spécialiste de l'Art scotch et du collage papier. Il a rejoint le Street-art en 2006.

Fenêtre et plafond vus de la cour du Centre Culturel Suisse
Louis Armstrong ou un autre jazzman
Pin-up au body rose
Filles dansant
Deux bombes et un homme
Pin-up à casquette

Avec cette pin-up je clos la séquence impasse des Arbalétriers. 

Plusieurs signatures de street artistes connus et d'autres moins connus

C'est notamment la première fois que je vois ce personnage en origami.

La photo est un peu flou. Il y avait des Street-artistes en train de travailler à cet endroit. C'était à un coin de rue. Je ne sais plus laquelle donc je n'ai pris qu'une partie de la fresque.

Une feuille anarchiste qui semble être un manifeste pour le Street-art.

Un pochoir de La Dactylo

La Dactylo est une poétesse de rue qui se prénomme Clémence, est née en 1991, pèse 50 Kg pour 1,68 m. Elle utilise plus le pochoir que le collage : "C'est plus rapide" dit-elle. Elle aime le faire dans les 3ème, 4ème, 11ème, 18ème arrondissements de Paris, des quartiers qu'elle aime, seule ou avec des amis et comparses.

Un "je t'aime" adressé à tous les passants et passantes
Fresque monumentale

 

Personnage de l'univers manga
Les Archives Nationales, rue des Archives
Un autre personnage de l'univers manga
Femme masquée de Eddie Colla

Eddie Colla est un artiste photographe  qui signe des pochoirs et des stickers avec des personnages masqués et portant des gants. Une alerte sur la dégradation et la pollution de l'environnement et de leur conséquences sur les êtres humains 

Café et déco de Noël, rue des Archives
Une des pieuvres de GZup au dessus d'autres collages
Quoi ma gueule ? Qu'est-ce qu'elle a ma gueule ?
Charles Aznavour par A. L. Tony
Un collage du Chinois Sournois

Il y a encore des optimiste. C'est réjouissant.

Un pessimiste qui voit et dessine le monde en couleur.

détail

Heureusement l'amour ressemble au phénix, il renait toujours de ses cendres.

Le schtroumph
Rue Vieille du Temple, le chat de Invader
Encorbellement au dessus d'une fenêtre, rue Vieille du Temple
Jeune femme
l'hôtel de Fieubet au coin du Quai des Celestins et de la rue du Petit-Musc
La porte entourée d'atlantes de l'hôtel de Fieubet.

Ainsi se termine cette balade dans une bonne partie du Marais.

Publié dans Voyages, Paris, street-art, Photos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Betty... 03/12/2019 07:54

L'Art à portée de nos regards , c'est heureux ...A Tours rue Giraudeau nous avons des" graffitis "magnifiques tout le long de la rue , je passe souvent les admirer , de vraies oeuvres d'art d'inconnus., le don de soi à l'état pur

Piro 03/12/2019 12:25

Merci de ta visite Betty

By Marie 29/11/2019 11:33

Certaines de ces oeuvres ont vraiment superbes et me touchent mais la première m'a carrément glacée. Françoise Dorléac est magnifique mais pas que. J'aime aussi beaucoup "Charlot" et quelques autres. Merci de votre visite chez moi

Piro 30/11/2019 09:36

La première est terrifiante. En plus c'est une ruelle assez étroite et c'est juste à l'entrée.

tilk 26/11/2019 11:30

j'adore quand l'art est dans la rue
"murs blancs peuple muet dit on !!!!
amitié
tilk

Piro 26/11/2019 13:20

Merci de ta visite tilk. Je ne connaissais pas cette expression

Sedna 20/11/2019 14:33

De formidables découvertes au fil de ton reportage

Piro 20/11/2019 22:31

Oui, c'est un coin de Paris très Art des rues si on veut éviter l'anglais. C'est comme le 13ème c'est foisonnant. J'ai remarqué en me relisant quelques coquilles que je vais corriger et peut être je vais le compléter.