La belle et le tréprassé

Publié le par Pi_ro_94

 Un vieux poème retrouvé dans mes archives.

 

Bonjour, m’sieur dam’ ! Je ne fais que passer

C’est ainsi que parlait un trépassé.

Surtout il ne faut pas vous retourner

Car vous savez, j’appartiens au passé.

 

Mais tous les gens vraiment très étonnés

De se retourner vers le trépassé

Avec des yeux ronds et exhorbités.

 

Aussi notre mort très très effrayé

A voulu à toutes jambes s’échapper.

Mais en fuyant il tomba nez à nez

Avec une fille faisant son marché.

 

Il tenta d’abord de la contourner

Mais elle était si jolie, qu’énamouré

Il finit bel et bien par l’embrasser.

La belle fut surprise du baiser

Mais notre mort sous ses airs décharnés

Etait un gaillard expérimenté,

Par ses manières elle fut charmée

 

Et bras dessus, bras dessous, du marché

Ils revinrent tous deux pour se marier.

Le maire en sa mairie croyait rêver

Et n’être pas tout à fait réveillé

 

Quand il les vit dans la salle entrer.

Impossible d’unir un décédé

À une si adorable fiancée !

 

Hélas ! le Code Civil compulsé

Ne disait rien de cette rareté

Et l’union dut être légalisée.

Publié dans Poésies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Betty.... 03/12/2019 07:39

La frontière est donc si mince entre la vie et la mort , ..

Piro 03/12/2019 12:29

Certains disent qu'elle nous visite 7 fois à chaque respiration. C'est une compagnonne de la vie et donc aussi des amours.

Hayat Ait-Boujounoui 26/11/2019 15:08

J'aime beaucoup ce rapprochement entre le conte, la fable et le poème. C'est très beau, vivant et très évocateur. Le ton est peut-être humoristique, il n'empêche pas un écho d'une certaine profondeur. Etre là, n'être plus là, aimer malgré tout… Merci pour ce beau partage !

Sedna 18/11/2019 23:49

De l'humour, de la tristesse ...je suis partagée

Piro 19/11/2019 01:20

Le ton est humoristique de cette petite fable amusante sur la puissance de la beauté et de l'amour.