Exposition "Mondrian figuratif" (suite)

Publié le par Pi_ro_94

Portrait d'une enfant
Portrait d'une jeune fille
Dunes

De 1908  à 1911 Mondrian invente le luminisme, inspiré des écoles symbolistes, divisionnistes et fauve. La priorité est donné à la couleur et à la lumière. Ce qui fait la beauté d'une toile pour lui qu'elle soit abstraite ou figurative c'est sa luminosité, son rayonnement. Le but étant de dévoiler le spirituel dans l'art. Toujours son interprétation théosophique du monde.

Puis il découvre le cubisme à travers des comptes rendus d'expositions dans des revues. Sans avoir vu aucune toiles, cela influence immédiatement son œuvre qui se simplifie et se géométrise.

Clocher en Zélande
Moulin

Ce Moulin Slijper ne l'apprécie pas au début. Elle fait partie de ces œuvres qui proviennent de l'atelier de Paris qu'il a achetées les yeux fermés.  Mondrian lui répond que "Pour l'apprécier il faut l'éclairer d'une lumière vive. Je 'abandonne jamais une chose avant de la juger bonne."

Autoportrait

Puis il est enfin confronté aux œuvres de Braque et de Picasso, d'abord à Amsterdam puis à Paris. Il abandonne momentanément les couleurs éclatantes pour une palette d'ocre gris.

Arbre argenté

Malgré les nuances de gris et des couleurs plus ternes, le rayonnement n'en disparait pas.

La dame en noir
Autoportrait cubiste

A comparer à celui montrer plus haut.

Eucalyptus

Peu à peu ses toiles deviennent de plus en plus abstraite, s'organisant autour de verticales, d'horizontales et d'obliques même quand la référence à la nature y est présente. Il n'opposera jamais l'abstraction à la figuration. L'abstraction étant pour lui un super-réalisme. D'ailleurs il reviendra à des sujets figuratifs à la demande de Slijper.

Composition ovale de couleurs 2

On distingue dans le bas à droite les lettres KUB, référence à la fois au fameux bouillons et au cubismes qui se dit Kubism en néerlandais. Cette toile est similaire à une autre toile de Mondrian pour laquelle Slijper avait lancé une souscription pour l'offrir à un musée. Le Rijkmuseum la refuse, elle est enfin acceptée par le musée municipal d'Amsterdam mais seulement sous forme d'un prêt à long terme. 

Moulin sous le soleil
Moulin dans le soir

Il s'agit d'une série réalisée pour Slijper son mécène qui représente  le moulin de son village à différents moments de la journée.

Ferme près de Duivendrech

Ce tableau est une reprise de l'un des tableaux que je vous ai présenté au début du premier article sur cette exposition.

C'est en 1919 que Mondrian peint ses premières toiles purement abstraites et qui ne prennent plus appui sur le réel. Dans une démarche purement spirituelle il continuent de chercher l'essence même des choses et de la beauté. C'est uniquement par des lignes verticales et horizontales et des aplats de couleurs complémentaires que le rythme et le rayonnement sont produits. Un nouveau vocabulaire pictural que Mondrian nommera "néoplasticisme". Slijper dira de cette toile qu'il a mis des années à comprendre que l'attrait de ce tableau tenait à la volonté inflexible de Mondrian d'atteindre le fondement même de l'existence.

Autoportrait (1918)

Mondrian aurait parais-il vendu à contrecœur ce tableau à Slijper. Tableau qu'il avait peint dans sa cabane -atelier à Barïcum  et qu'il avait emporté à Paris. C'est en tout cas ce qui est affirmé par l'exposition alors qu'on pensait jusqu'ici qu'il l'avait peint pour Slijper. C'est anecdotique mais cela illustre que les relations entre les deux hommes, le mécène collectionneur et l'artiste n'étaient pas toujours faciles.

Deux arums

Il y a une chose que Mondrian a peint  et dessiné toute sa vie ce sont les fleurs. Comme il n'arrivait pas à vendre et à vivre de ses toiles néoplasticistes, il dessinait des fleurs que ses amis proposaient à une clientèle d'amateurs férus de tradition. Il en dessinait tous les jours.

Chrysanthème
Autre chrysanthème
Deux roses
Rose dans un vase
Arum
Composition avec grand plan rouge, noir, jaune, gris et bleu

Slijper acquerra trois œuvres néoplasticistes dont celle-ci mais il préférait nettement les œuvres figuratives. Il demandera en 1930 à Mondrian d'abandonner ses recherches autour de l'abstraction  et d'exécuter pour lui une toile à "l'ancienne". Mondrian refusera affirmant qu'une telle toile lui prendrait beaucoup de temps mais que justement, il en était désolé, de ne pas en avoir. A partir de ce moment Slijper n'aurait plus acheté directement de toile à l'artiste marquant ainsi la fin du relation privilégiée.

Publié dans Exposition, Peintures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Sedna 12/02/2020 09:50

Quel superbe artiste au talent sans cesse renouvelé...