Voyage à Montpellier : musée Fabre, exposition Vincent Bioulès

Publié le par Pi_ro_94

Le 20 septembre 2019. J'ai visité au Musée Fabre l'exposition Vincent Bioulès, un peintre Montpellierain du 20 siècle et de ce début du 21ème siècle. Né en 1938 il est un des fondateurs du groupe Supports/Surfaces dont il invente le nom. Il s'agit d'un mouvement artistiques d'avant garde du 20ème siècle qui aura une durée de vie éphémère (1969 -1972). Ils accordaient autant d'importance aux supports qu'aux gestes créatifs et qu'à l'œuvre finale. Pour eux, comme ils l'écriront dans le catalogue d'une exposition ayant eu lieu au Havre, la peinture n'a d'autre objet qu'elle même et ne renvoie à aucun ailleurs, ni la personnalité du peintre, ni sa biographie, ni l'histoire de l'art, etc.).  Après cette période abstraite Bioulès reviendra à la figuration à travers le portrait et le paysage.

Pour dire la vérité je ne me rappelle plus le titre de ce tableau. Peut-être "sans titre" à moins que cela soit "Fenêtre au volets clos". C'était je crois avant sa période Supports/Surfaces où il peignait sur motif.

Fenêtre à la mappemonde
Femme assise devant une fenêtre
Fenêtre ouverte sur un paysage marin
Sur la plage de Palavas

Je ne sais pas si c'était une volonté de l'exposition mais on peut remarquer qu'elle commence par une fenêtre fermée, puis suis une série de fenêtres ouvertes pour enfin aboutir à une scène entièrement extérieure.

1ère fenêtre, ni intérieur, ni extérieur. 2ème fenêtre : intérieur réduit aux murs à l'embrasure et au premier plan la partie d'une table ou sont posés des objets soit qui proviennent de l'extérieur ou sont destinés à y aller (l'enveloppe) ou encore le symbolise, les fleurs, la mappemonde. Cette dernière élargissant l'extérieur au delà de ce qui est visible de la fenêtre. On peut noter aussi que les couleurs employées sont a peu près les mêmes pour l'intérieur et l'extérieurs, seule l'embrasure lumineuse fait une coupure franche. 3ème fenêtre : l'extérieur est réduit à un mur dont la couleur est identique au reste de la scène, confusion de l'extérieur et de l'intérieur, la femme semble plus perdue dans ses pensées qu'observatrice, impression d'intimité5. 4ème fenêtre : un paysage assez confus de collines avec un grand ciel bleu un peu brumeux, brume qui semble avoir pénétré à l'intérieur et couvert les objets posés sur la table, une autre forme de confusion de l'extérieur et de l'intérieur. 5ème image : il n'y a plus que l'extérieur mais qui est peut-être l'espace mental du peintre.

Croquis divers : Tante Jeanne servant le thé, sa chambre d'hôtel à Cauterets, la Rampette à Montpellier.

Si vous connaissez Montpellier vous voyez très bien où se situe cette "rampette".

Le marronier en fleurs
Grand espace rose

Une toile de sa période Supports/Surface qui date de 1969.

Je n'ai pas noté le titre de la toile. Peut être Surface peinte. en tout cas une autre toile dans la veine Supports/Surfaces. Malgré cela il est malgré tout possible de se projeter et de voir notamment dans le bas du tableau un paysage avec un énorme nuage rose dans le ciel et un arc-en-ciel enjambant une colline.

Souvent les artistes du groupe Supports/Surfaces exposaient directement leurs œuvres dans la rue afin de le mettre à portée de tous.

Alignement de monochromes jaunes et bleus
Femme nue sur un fauteuil

Le retour à la figuration. Ces nus sont assez osés dans l'ensemble.

Place provençale
Le mois de novembre

A compter de son retour à la figuration son art tient de plusieurs influences. Celles de Cézanne, de Matisse de Bonnard, un peu de Braque.

Le soir dans le jardin
Le Viallat dans la maison où les 3 as
L'été indien à Montpellier
La nuit
Croquis : différentes vues de New York
Croquis : Venise

Vincent Bioulès était aussi un peintre voyageur.

Croquis : aquarelles
Croquis : les Pyramides (Egypte)
Daphné

Ce tableau évoque le mythe de Daphné, fille du dieu fleuve de Thessalie Pénée poursuivi par Apollon. On la voit en tain de se transformer en laurier. Je ne sais pas si Vincent Bouillé  est allé en Grèce en tout cas le paysage évoque la mer d'olivier qui se trouve dans les environs de Delphes

La ferme de Méjean II
Carnon
Embarquement pour Cythère

L'expression "embarquement pour Cythère" évoque un rendez-vous amoureux ou galant. Dans la mythologie grecque l'île de Cythère est l'île où Aphrodite, poussée par les vents, aborde après sa naissance du sperme d'Ouranos tombé dans la mer. Il semble bien que le débarquement aussi évoque ce genre de rendez-vous aussi et que s'en soit la conclusion.

Cécile
Céline
Céline dans un fauteuil en osier
Cécile
Stéphanie

Ces nus et ses portraits sont décriés par certains critiques. C'est vrai que les portraits sont d'une facture très classique et sans originalité qui peut paraître étrange pour un artiste ayant été à l'avant garde mais ils sont agréables à regarder et ce qui est intéressant ce sont les attitudes. Alors pas révolutionnaire, certainement . Personnellement ce que je préfère ce sont ses paysages. Il y a une vibration fantastique de la lumière et des couleurs. Une sorte de papillotement d'un effet superbe et intense. On resterait des heures devant eux à les contempler.

La terrase à la villa Bianco par mistral

Franchement j'avais l'impression en regardant ce tableau d'être là, présent sur cette terrasse et d'entendre souffler le vent et rugir la mer.

La terrasse de la villa Bianco, le matin à 10h.

 Et ici, on sent la puissance de la lumière qui éclabousse la terrasse, les rochers et les îles et qui accentue ou masque les volumes.

La suite de l'exposition se déroulait en dehors du musée Fabre à l'hôtel de Cabrières-Sabatier d'Eysperan.

L'escalier de l'hôtel cabrières-Sabatier d'Espeyran

Ce qui est assez intéressant dans ces portraits en pieds c'est qu'ils ont tous l'air absent, presque abandonné.

Portraits de Isabelle D et de Carol
Isabelle D.
Carol

Ce qui est amusant c'est le détail assez fouillé en bas à droite d'un superbe trois mats toutes voiles déployées.

Le salon rouge
Francine A.
Léopoldine Hugo dans le salon de Nant ou La reinde de coeur

Pour terminer quelques portraits au fusain. 

Je ne mettrais pas les noms car j'ai des doutes 

L'exposition s'appelait Vincent Bioulès - Chemins de traverse.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Sedna 12/03/2020 10:09

Revenue dans tes pas sur cette exposition formidable

Sedna 09/03/2020 15:57

Un reportage passionnant. J'aime beaucoup cette diversité d’œuvres présentées. Tes commentaires nous invitent à aller un peu plus loin..