Confinement

Publié le par Pi_ro_94

Confinement, peut-être moment où il faut

S’arrêter et rêver. On voit par la fenêtre

Le soleil se coucher, dehors l’air est bien chaud

Encore de ce printemps d’avril où les êtres

Goûtent  d’ordinaire l’humble parfum des fleurs.

Insectes, papillons et abeilles le peuvent

Mais nous pauvres humains enfermés par la peur

De l’épidémie, seuls leurs souvenirs émeuvent

Nos narines. Et nos promenades au parc

Pour en raffermir la mémoire sont remises

Alors qu’hélas du temps ni la flèche, ni l’arc

Ne sont entre nos mains et les heures insoumises

Passent sur nos désirs sans le moindre regret.

Et voilà que dans le ciel  la lune s’éveille

Ronde et large, suivant sont céleste sentier.

Voyageuse ailée qui peut nous conter des merveilles

Emporte avec toi l’angoisse des maladies

Et reviens nous dans un mois porteuse d’espoir,

Et du chant des oiseaux qui tous les jours pépient

Dans les arbres où se repose ton miroir.

Prends cette nuit nos songes en compagnons

Et mène les par tes chemins au bout du monde.

Ainsi à leur retour ils nous raconteront

Leur voyage vers le feu des comètes blondes

Et Vénus ta compagne céleste qui éclaire

Ta route de loin alors qu’elle court devant

Cherchant à vite rattraper l’astre solaire.

Publié dans Poésies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Sedna 08/04/2020 17:23

Très beaux mots de circonstance.. La nature et le ciel ne sont pas confinés et de notre fenêtre, nous pouvons admirer la renaissance de ce printemps espéré ..

Poro 08/04/2020 21:32

Merci de tes appréciations et tes visites régulières.