Le Tréport, Mers-les-bains, Eu (suite 2)

Publié le par Pi_ro_94

Eu est aussi une des stations du calvaire de Jeanne d'Arc, une fois prisonnière des Bourguignons puis des  Anglais. On sait qu'elle a été vendue aux Anglais par Jean de Luxembourg pour 10000 livres tournois. C'est à dire environ 91400 € d'aujourd'hui. Elle n'a passé qu'une nuit à Eu mais la ville s'en souvient.

 

Maisons à Eu

 

Chapelle du Collège des Jésuites

Le Collège des Jésuites d'Eu est aussi un bâtiment édifié par Henri de Guise et sa femme.   La chapelle a été adjointe au Collège par Catherine de Clèves après la mort de son époux. Il est dédié à Ignace de Loyola, le Fondateur de l'ordre de Jésuites La chapelle fut achevée en 1624.

Emblème des Jésuites

Il s'agit du monogramme du Christ IHS inscrit dans un soleil. IHS est une abréviation de Jésus écrit en lettre grecques il s'agit des deux premières lettres et de la dernière.

Le cénotaphe de Henri de Guise dans la chapelle
Le gisant de Henri de Guise

 On remarque qu'il est en armure d'apparat dans une position de repos et comme prêt à repartir au combat.

Le gisant de Catherine de Clèves

Dans la même attitude que son mari, elle semble s'être endormie en lisant un livre.

 

Blason de Catherine de Clèves

Je n'ai pas trouvé de description du blason de Catherine de Clèves dans Wikipédia. Il semble que ce soit un écartelé de plusieurs blasons. Celui des La Marck, celui des Arenberg, des Nevers, des Bourbon-Vendôme, auxquels, après son mariage, elle aurait ajouté celui des ducs de Lorraine. Ce ne sont que des hypothèses basées sue le fait que son père était un Nevers, sa mère une Bourbon-Vendôme, etc. (voir Wikipédia).

L'écusson des Clèves-Nevers était celui-ci : 

Et en voilà la description en héraldique :

coupé en 1, parti en 1 de gueules, à l'écusson d'argent, aux rais d'escarboucle d'or, brochantes sur le tout, et en 2 d'or, à la fasce échiquetée d'argent et de gueules de trois tires et en 2 d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bordure componée d'argent et de gueules.

L'héraldique est une langue particulière qui a des règles très précises mais comme dans beaucoup de langues il y a aussi des exceptions. Par exemple ici, on voit que les rais d'escarboucle d'or  se superposent à l'écusson d'argent alors que la règle est de ne pas mettre un métal sur un autre métal. On voit que dans les autres parties de l'écusson la règle est respectée. La partie supérieure, appelée chef, représente les armes des  Clèves-La Marck et la partie  inférieure, appelée pointe, les armes des Nevers qui utilisent celles de Philippe II Le Hardi, duc de Bourgogne car ils sont de la famille Valois-Bourgogne.

 

Blason de Henri de Guise

Voila  la description héraldique de ce blason des ducs de Lorraine-Vaudémont que j'ai trouvée sur Wikipédia :

Coupé et parti en 3, au premier fascé de gueules et d'argent, au second d'azur semé de lys d'or et au lambel de gueules, au troisième d'argent à la croix potencée d'or, cantonnée de quatre croisettes du même, au quatrième d'or aux quatre pals de gueules au cinquième parti d'azur semé de lys d'or et à la bordure de gueules, au sixième d'azur au lion contourné d'or, armé, lampassé et couronné de gueules, au septième d'or au lion de sable armé et lampassé de gueules, au huitième d'azur semé de croisettes d'or et aux deux bar d'or. Sur le tout d'or à la bande de gueules chargé de trois alérions d'argent le tout brisé d'un lambel de gueules.

Ange ornant le cénotaphe de Heri de Guise
Ange ornant le cénotaphe de Catherine de Clèves

On remarque  que les anges ici sont sexués. Féminins du côté de l'homme et masculin du coté de la femme. Je vous laisse réfléchir à la symbolique de cette répartition.

Satue à la droite du cénotaphe de Catherine de Clèves

Je ne sais pas quelle personnage est représenté ci. S'agit de Judith portant la tête d'Holopherne ou de Salomé portant celle de Jean le Baptiste ou d'un autre personnage ? Là aussi la signification de sa présence au pied du cénotaphe est mystérieuse.

La statue à droite du cénotaphe de Henri de Guise

Là c'est plus facile et plus logique. Je pense qu'il s'agit d'une représentation de la déesse Athéna, A la fois déesse de la sagesse, de la pensée, des armes et de la guerre, un pendant féminin de Mars. Mais Henri de Guise était il si sage ? Peut-être en avait-il la prétention ?

 

 

Publié dans Voyages, Photos, Eu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Sedna 06/05/2020 15:21

des photos alliées à des commentaires toujours surprenants... un grand merci !

Piro 06/05/2020 22:07

Merci Sedna de ta visite et de tes appréciations sur mon travail.

By Marie 06/05/2020 05:53

Une série qui nous montre une partie de notre beau patrimoine qu'on ne verra peut-être jamais. C'est là l'intérêt (entre autres) des blogs ou sites que de nous faire découvrir des trésors de notre belle France