Expo Hyacinthe Rigaud au château de Versailles (suite 1)

Publié le par Pi_ro_94

Portrait présumé de Monsieur de Monginot tenant le portrait de son épouse

Un double portrait original.

Portrait du fondeur Jean Balthasar Keller

Un homme qui  à la fois fondait des canons et des statues en bronze,  c'est un bon résumé du siècle et du règne de Louis XIV à lui tout seul.

Portrait présumé de Robert Jean Antoine de Franquetot, comte de Coigny

Ce tableau et le suivant utilise la méthode déjà adoptée par Rigaud pour peindre le portrait du Dauphin, fils de Louis XIV, celle dite de "l'habillement répété" qui permet d'obtenir plus vite et à moindre coût son portrait. Ici il s'agit d'u homme de guerre représenté devant uns scène de bataille.

Portrait de François Louis Rousselet, marquis de Château-Renault

Là nous avons un homme de mer, maréchal de France et Chevalier du Saint-Esprit représenté donc devant une bataille navale. Vous pouvez vous amusez au jeu des différences.

Etude de tête d'homme

Le séances de poses son longues et très redoutées des modèles aussi pour en limiter la durée, les portraitistes se concentrent sur la représentation de la tête, qu'ils peignent sans dessin préparatoire à même la toile.  Quand rigaud se déplace hors de son atelier il emporte une petite toile, plus facile à transporter puis une fois achevé le portrait il l'insère dans la composition finale. On voit ce procédé dans certaines de ses œuvres comme celle ci-dessous.

Portrait du cardinal Henri Oswald de La Tour d'Auvergne

L'insertion est encore plus visible sur le cliché ci-dessous.

Etude de mains, de cravate, de fleurs et d'accessoires

Les clients de Hyacinthe Rigaud pouvaient trouver dans son atelier tout un répertoire de compositions et d'accessoires dans lequel ils pouvaient piocher pour leur portrait. Attestée et documentée pour d'autres peintres de l'époque, cette pratique semble avoir été particulièrement développée par Rigaud. L'étude ci-dessus qui provient du Musée des Beaux-Arts de Rouen est exceptionnelle par sa qualité et le nombre d'objets qui y sont représentés. En règle générale on n'y trouve qu'une seule catégorie de détails.

Etude de fleurs
Etude de mains et d'un col de dentelles
Etude d'armures

Comme on le voit tout était fait pour simplifier la production des portraits et épargner les temps de pose des personnes désirant se faire tirer le portrait. La photo n'existait pas alors.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article