Expo Hyacinthe Rigaud au château de Versailles (suite 3)

Publié le par Pi_ro_94

L'atelier de Rigaud

L'atelier de Rigaud peut se charger de la production d'un portrait jusqu'à la fin du processus. Depuis des début c'est en effet entouré de collaborateurs afin de faire face à la commande. Son atelier ne comportait pas que des jeunes peintres en apprentissage mais aussi des peintres confirmés qui pouvaient être plus âgés que lui. .  En général il ne sont que trois ou quatre dans son atelier mais lors de nombreuse commandes et lorsqu'il y a de multiple portrait du roi à effectuer cela peut monter jusqu'à sept. Certains intervenaient ponctuellement  en fonction de leur spécialité reconnue comme la peinture des scènes de bataille en arrière plan ou les bouquets de fleurs. Au fond comme Rubens, c'est à la fois un artiste et un entrepreneur.

Giovanni Francesco II Brignole-Sale

A l'époque où il est peint par Hyacinthe Rigaud Giovanni Francesco  Brignole-Sale n'est encore qu'ambassadeur de la République de Gène à Paris dont il deviendra plus tard le Doge durant la guerre de succession d'Autriche. Il appartient à l'une des plus grandes et plus prestigieuses familles de cette république oligarchique qui a déjà connu un doge un siècle plutôt, son aïeul et homonyme Giovanni Francesco I Brignole-Sale. En tant qu'ambassadeur de la République de Gène, il a pour mission de négocier le renversement d'alliance de Gène du Saint-Empire-Romain Germanique vers la France. C'est ce qui va permettre à la France de prendre pied en Corse et à la fin de s'en emparer tente ans plus tard. C'est donc une des grandes personnalités politiques et  militaires de ce 18ème siècle dit des Lumières qui fut aussi un siècle très guerrier et pas simplement philosophique et scientifique.

Battina Raggi BrignoleSale, sa femme

Il y a un étonnant drap ou rideau rouge derrière qui cache le paysage ou bien est-ce un ciel d'incendie. Très curieux.

Louise Marie du Bouchet de Sourches, comtesse de Lignières

La comtesse de Lignières avait 31 ans au moment où elle fut peinte par Hyacinthe Rigaud.

Marguerite Henriette de la Briffe, épouse le Bret

Marguerite Henriette de la Briffe est représentée à l'âge de 17 ans avec les attributs de la déesse Cérès, la faucille, les fleurs et les épis de blé qui marquent les espoirs en sa fécondité de son époux, premier président du Parlement d'Aix. Il s'agit de sa quatrième femme. La jeune femme mourra avant ses trente ans après lui avoir donné huit enfants. Les Lumières n'étaient pas pour tout le monde.

Cardin le Bret, comte de Selles

 

Jeanne Magon, comtesse de Kercado

C'est souvent par les livres de compte qu'on retrouve le nom des personnages représentés. Ce tableau est un jour réapparu en salle des ventes avec une possible attribution au peintre Nicolas de Largillierre. Le dépôt du rentoilage laissa cependant apparaître la signature de Rigaud sur l'arrière de la toile originale. C'est un portrait sans les mains qui sont un morceau de choix qui augmente le coût des portraits. Il semble que L'habillement répété est de la main de Bailleul qui reçut pour ce travail 10 livres.

Gaspard de Gueidan , parlementaire à Aix

Gaspard de Gueidan était parlementaire à Aix comme Cardin le Bret, son concurrent. Il se fit tirer le portrait trois fois entre 1719 et 1738 par Hyacinthe Rigaud. Ci-dessus, il s'agit du premier portrait sans les mains et en habillement répété.

Ci-dessus un "ricordi" du second portrait de Gaspard Gueidan en avocat général (pierre noire, estompe, lavis gris et rehaut  de gouache blanche.

Ci-dessous le tableau retouché par un peintre provençal suite à son élévation au grade de Président à mortier. 

Gaspard de Gueidan représenté en Président à mortier, tableau retouché par un peintre provençal

Il y avait une vanité certaine chez cet homme. Il faut savoir que le gars, il s'est déplacé à Paris pour se faire tirer le portrait par Hyacinthe Rigaud. A l'époque, il fallait sans doute plusieurs jours pour faire ce trajet.

Gaspard de Gueidan, représenté en personnage galant et champêtre

Cette scène est inspirée de l'Astrée un roman d'Honoré d'Urfé.  Il s'agit du pâtre Céladon. Pour un portrait dans la même veine de son épouse Angélique de Simiane, Rigaud lui recommande Nicolas de Largillierre.

Angélique de Simiane par Nicolas de Largillierre
L'imprimeur libraire Frédéric Pierre Léonard, sa femme Marie Anne des Essarts et leur fille Marie Anne

Après tous ces portraits individuels voici un  joli portrait de famille qui exprime un bonheur tranquille mais profond.

détail 1 : la femme
détail 2 : le mari
Détail 3 : la fille
Le sculpteur François Girardon

François Girardon né à Troyes en 1628 et mort à Paris en 1715 est un des maîtres de la sculpture décorative et monumentale du 17ème siècle. Fils d'un fondeur, élève su sculpteur  François Anguier, il devint le protégé du Conseiller Séguier, qui l'envoya parfaire sa formation à Rome. Il devint ensuite le protégé de Louis XIV. Principale collaborateur de Charles Le Brun. Il a travaillé avec ce dernier et André Le Nôtre sur le chantier du château de Vaux-le-Vicomte puis celui de Versailles, plusieurs de ses sculptures  en ornent le château et les jardins, d'autres sont conservées au musée du Louvre. On lui doit aussi le tombeau de Richelieu à la Sorbonne.

simple changement de salle dans le parcours de l'exposition

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

ecureuilbleu 29/07/2021 21:49

Bonsoir Piro. Ce sont des portraits réalisés avec dextérité et talent

tilk 07/07/2021 23:37

je t'ai répondu sur la SF dans mon blog !!!

j'en ai trop vu de ces portraits classique j'ai passé ma vie dans les musée
mais cela reste des chef d'oeuvre inestimable !!!
amitié
tilk

Pi_ro_94 08/07/2021 11:00

Ce que j'aime quand c'est possible, c'est d'aller voir qui ce cache derrière ces portraits. Je ne peux pas le faire pour tous. Ce serait vraiment très long. Je le fait donc au hasard de mes inspirations.

Sedna 07/07/2021 11:58

très beaux portraits