Séjour à Souillac (5)

Publié le par Pi_ro_94

Ma deuxième journée à Souillac, je l'ai passée sur les routes et dans la grotte de Lacave. C'était une très belle journée pour faire du vélo quoiqu'il fasse un peu chaud l'après-midi.

J'ai commencé par chercher la rivière Dordogne espérant pouvoir la suivre jusqu'à Lacave mais en réalité avant d'arriver au pont qui enjambe la rivière, la route que je suivais s'interrompt brusquement et il m'a fallu rebrousser chemin, heureusement pas longtemps. En réalité la route la plus directe pour aller à Lacave ne longe pas vraiment la Dordogne, elle coupe au travers d'une des boucles de la rivière et c'est donc à sept ou huit kilomètres de Souillac que je l'ai traversé un peu après m'être arrêté au château de la Treyne. Un château privé transformé en relais-château, ce que j'ignorais. Il n'est donc pas visitable sauf à y faire un séjour. Il y a un magnifique parc, cela doit être assez rare qu'on y entre à vélo mais personne ne vous dit rien et vous pouvez tranquillement vous promenez dans le parc. Pour monter jusqu'au château le chemin goudronné grimpe bien.

Le relais-Château de la Treyne, aux environs de Souillac
Un des escalier menant dans le parc du château de la Treyne
Le coin terrase du château de la Treyne
Un bosquet de grands arbres dans le parc

 

Le parc de la Treyne
Un petit coin à l'ombre d'un énorme cèdre
Autre vue du château de la Treyne
Moi, devant le château

Après une promenade dans le parc je me suis fais prendre en photo par un client qui s'en allait après avoir passé une nuit qu'on lui avait offerte dans ce relais château. Je lui ait demandé son appréciation. Il avait l'air d'être content mais il n' y avait pas dîné car on ne lui avait offert que la nuit et le petit-déjeuner. Y prendre le repas ne semblait pas dans ses moyens.

Après cette halte j'ai ré-enfourché mon vélo et repris la route de Lacave. Route qui passait au pied d'une butte sur laquelle un autre château trônait au bord de l'éperon rocheux. Je me suis dispensé d'y monter, me contentant de le photographier depuis la route en contre-bas.

le château de Belcastel
Mon vélo

Lacave se trouve sur la rive gauche de la Dordogne. Cette commune du Lot est connu pour ses grottes géologiques. C'est une grotte qui a été découverte un peu par hasard par Armand Viré un spéléologue français d'origine Seine-et-Marnaise mais qui s'était fixé dans le Lot. En 1902 en explorant l'igue de  Saint Sol de Lacave, il découvre une grotte aux magnifiques concrétions, ébloui il décide de la faire visiter au public.  Pour cela, il entreprend au printemps 1904 de faire creuser un tunnel à partir  de la grotte Joucas situé sur la place du village de Lacave. Ce long tunnel qui monte en pleine roche n'aboutit pas à la cavité recherchée mais tombe en mai 1905 sur des galeries avec de très belles concrétions. Une fois les aménagements effectués, la grotte s'ouvre au public en septembre 1905. Aujourd'hui on accède toujours à ces grottes par ce tunnel qu'on traverse en petit train électrique. Les grottes ont une températures d'environ 14° toute l'année  mais une hydrométrie de 95 %. Donc pas terrible pour y conserver l'excellent vin de Cahors que toute les bonnes tables vous propose avec le Bergerac du Périgord voisin..

Quand le train s'arrête on est pas encore au bout du tunnel creusé par Viré et ses ouvriers. Sur la plateforme on croise le groupe des visiteurs précédents. puis on s'enfonce plus avant dans la roche.

J'avais déjà visité ces grottes il y a peut être plus d'une trentaine d'année. C'était déjà en été lors d'une randonnée en vélo plus musclée qu'aujourd'hui, sur le chemin je crois de Rocamadour. A l'époque je virevoltais sur ma bicyclette et les grimpettes et raidards du coin ne m'effrayaient pas trop malgré les bagages. J'en avis conservé un souvenir que j'ai voulu rafraîchir.

une draperie calcaire (grotte de Lacave)
Les méduses pétrifiées (grotte de Lacave)

 C'est le nom que je donne à ces concrétion blanches mais elles ont sans doute un nom plus scientifique.

Panneau commémoratif (grotte de Lacave)

Voilà un panneau qui n'existait pas lors de ma première visite. Quel curieux endroit pour célébrer une messe. Probablement qu'il existe à la gendarmerie nationale un corps de spéléologues chargés de venir au secours des spéléologues bloqués ou touristes un peu  trop aventureux égarés dans ses souterrains ?

Reflet dans un lac souterrain (grotte de Lacave)
Stalagmites (grotte de Lacave)
Le Crocodile (grotte de Lacave)

Il s'agit là du nom donné à cette concrétion par notre guide.

Les macaroni (grotte de Lacave)

C'est le nom officiel de ce type de stalagmites qui ressemblent non pas aux spaghetti mais au macaroni car elles sont creuses. Je crois bien que les accommoder avec du parmesan ne les rendrait pas plus comestibles.

L'éléphant (grotte de Lacave)
Un tourbillon de calcaire

Voilà une première partie de la grotte déjà intéressante mais qui est presque une entière découverte. C'est à me faire douter de l'avoir visitée. Pourtant je suis sûr d'être déjà passé par ce village, peut être était-ce d'ailleurs en redescendant de Rocamadour plutôt qu'en y allant, mais les deux sont possibles, j'ai tellement sillonné cette région à bicyclette que certains souvenirs se mélange. Je me souviens par exemple d'être descendu vers cette verdoyante vallée de la Dordogne depuis Rocamadour que j'avais atteinte en passant par le Causse de Gramat, ce presque désert de calcaire accablé de soleil l'été. J'avais l'impression d'arriver dans un pays de Cocagne et d'abondance et plein de fraîcheur. Etais-je passé à Lacave alors ? C'est possible mais ce n'est pas certain. La mémoire est une chose curieuse. Tout ne se grave pas de la même manière dans nos neurones.

Commenter cet article