La guerre

Publié le par Pi_ro_94

Fernando Pessoa
Fernando Pessoa

Ce titre c'est moi qui le donne à ce poème de Fernando Pessoa ou plutôt de l'un de ses hétéronymes Alberto Caeiro car dans la réalité il n'a pas de titre. C'est un poème tiré de l'album " Poèmes désassemblés" qui est la troisième partie de l'unique ouvrage de cet hétéronyme, né en 1889 et mort en 1915 à l'âge de 26 ans. Rappelons que Pessoa est né le 13 juin 1888 et mort le 29 novembre 1935 : tout un cénacle poétique s'éteignait avec lui.

La guerre qui afflige avec ses escadrons le Monde
est le type parfait des errements de la philosophie.
La guerre, comme tout ce qui est humain cherche à
modifier.
Mais la guerre, plus que tout, cherche à modifier et à
modifier fortement
et à modifier vite.
Mais la guerre inflige la mort,
et la mort est le mépris que nous témoigne l'Univers.
Ayant pour conséquence la mort, la guerre nous prouve qu'elle
est fausse.
Etant fausse, elle prouve la fausseté de tout ce qui cherche
à modifier.
Laissons l'univers extérieur et les autres humains là où la
Nature les a placés.
Tout est orgueil et inconscience.
Tout est désir d'agitation, de faire des choses, de laisser
une trace.
Au cœur et au commandement des escadrons
redevient insensiblement manifeste l'univers extérieur.
La chimie directe de la Nature
Ne laisse aucun vide pour la pensée.
L'humanité est une révolte d'esclaves.
L'humanité est un gouvernement usurpé par le peuple.
Elle existe parce qu'elle a usurpé, mais elle fait fausse
route parce que usurper c'est être dans son tort.
Laissez exister le monde extérieur et l'humanité naturelle !
Paix à toute chose pré-humaine, fût-ce dans l'homme,
paix à l'essence entièrement extérieur de l'Univers.

Commenter cet article