Un petit poème amusant de Nietzsche

Publié le par Pi_ro_94

        La pieuse Beppa

 

Tant que mon petit corps est joli4746691850_f5c4a0a497.jpg

C'est la peine d'être pieuse.

 

On sait que Dieu aime les femmes,

Et les jolies surtout,.

Il pardonnera, j'en suis sûre,

Facilement au pauvre moinillon

De tant chercher ma compagnie

Comme maint autre moinillon.

 

Ce n'est pas un grison de père de l'Eglise,

Non, il es jeune, souvent rouge,

Souvent, malgré la plus grise tristesse,

Plein de désir et de jalousie.

Je n'aime pas les barbons,

il n'aime pas les vieilles :

Qu'admirables et sages

Sont les voies du Seigneur !

 

L'Eglise sait vivre,

Elle sonde les coeurs et les visages.

Elle ne demande qu'à me pardonner...

Et qui donc ne me pardonne pas ?

Trois mots du bout des lèvres,

Une courbette, et partez

Le péché de la minute

Effacera l'ancien.

 

Béni soit Dieu sur terre,

Il aime les jolies filles

Et se pardonne volontiers

Ces tourments de l'amour.

Tant que mont petit corps est joli

C''est la peine d'être pieuse ;

Que le diable m'épouse

Quand je n'aurai plus de dents.

 

 

Commenter cet article