Les courbes de ton sourire

Publié le par Pi_ro_94

Les courbes de ton sourire, déesse

Encercle mon âme, ô baiser de feu

Que ce sourire descendu des cieux

Brûler mon cœur d’une vaine promesse.

 

« Je t’aime » jeté comme une étincelle

Qui s’est éteint aussitôt qu’allumé

Mais qui me poursuit toujours de son aile

D’ange terrible aux desseins compliqués.

 

Je n’ai pas su comprendre tes silences,

Ni tes derniers mots qui me disaient adieu,

Ce petit oui était déjà absence,

J’étais Oedipe ayant brûlé ses yeux

 

Mais avec au cœur encore une flamme,

Chandelle ivre et secrète qui brillait

Solitaire dans la chambre aux calames

Espérant trop de ces mots qui t’aimaient.

 

Ce n’était que rêve et folle chimère.

Mais ils sourdent encore par mes mains,

Encre où se diluent les larmes amères

De tout amour resté sans lendemain :

 

Pointe de flèche au fond de la blessure

Que le sang remue, duvet doux et fin

Qui caresse et en même temps torture

Comme un désir dont on garde la faim.

 

Publié dans Poésies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
"Avec un simple sou, vais-je vous stupéfaire
Je compose un sourire aux cœurs que je préfère !"
Piro le rend de feu comme j'eusse aimé faire !

Bonsoir Piro,
Bravo pour ce poème passionné et cette magnifique illustration.
Mes Amitiés
Répondre
P
Merci Marl'Aime de ta visite et de ta sympathique appréciation. Amitiés
T
j'aime beaucoup !!! j'aimerais avoir plus de temps pour aller sur les blogs
il y en a beaucoup de très bon
amitié
tilk
Répondre
S
la passion s'éteint parfois, voire souvent au fil du temps, les mots sont là comme un exutoire... très beau texte et cette feuille bouche est superbe
Répondre
P
Oui, jusqu'à ce qu'elle soit remplacée par une autre.
E
Bonjour Piro. Ce sont de vraies blessures d'amour chantées dans ton poème
Répondre
P
Merci de ta visite ecureuilbleu. Oui, j'espère avoir trouvé le ton juste et donné quelque beauté à ces déboires que tout un chacun ou chacune peut connaître.