Balade street-art à Paris 13

Publié le par Pi_ro_94

Au départ je pars de chez-moi sans idée spéciale, juste l'envie de me promener à Paris et sans destination précise. J'avais même plutôt en tête d'aller vers le Jardin des Plantes et puis en arrivant à l'orée du 13ème arrondissement j'ai vu une nouvelle œuvre Street-art et je me suis rappelé que j'en avais repérées quelques unes lors d'une balade avec un ami . 

La partie de thé de Alice

C'est un des thèmes qu'on trouve dans le 13ème arrondissement, les épisodes et les personnages d'Alice au Pays des Merveilles. Jusqu'à présent je les avais rencontrés rue Jeanne d'Arc. Celui-ci est situé à la porte d'Ivry, boulevard Masséna.

Divers chemins (rue de Tolbiac)

Un de ceux que j'avais repérés avec celui ci-dessous.

Le chat de Cheshire (rue de Tolbiac)

Nous sommes toujours au Pays des Merveilles ( la version Walt Disney).

C'est seulement dans les rues de la Butte aux Cailles que je suis entré dans un autre pays des merveilles.

Pays où j'ai tournicotés dans beaucoup de rues : rue des Cinq Diamants, passage Barrault, rue Barrault, Passage Sigaud, Rue Alphand, rue de la Butte aux Cailles, rue Samson, rue Jonas, etc. Ci-dessous quelques aspects de ce paysage street-art. 

Oeuvre de Teuthis rue des Cinq Diamants

C'est l'un des nouveaux diamants de cette rue. Teuthis est un artiste havrais, illustrateur et affichiste. Sa vocation d'artiste commence aux collège où il forge des lettres et des perso' sur des agendas, se poursuit pendant ses années lycée oùsous le pseudo Nawek, il tague  à la bombe sur les terrains vagues et fait de belles rencontres. Ils change peu à peu de style et évolue vers le dessin naturaliste et notamment des animaux aquatiques. (pour en savoir plus : lh.boulevarddesartistes.com/entretiens/entretien-avec-teuthis).

Affichette de Louys

Louys est une jeune artiste dont je vous ai déjà parlé dans un autre article. Son univers mêle le monde animal avec le paysage urbain.

Mosko et associés
Les girafes de Mosko et associés

Mosko et associés est un collectif d'artistes qui nait au début des années 80 dans le quartier de la Moskova dans le 19ème arrondissement. Quartier voué à la démolition où les habitants résistent et continue d'habiter les maisons malgré les fenêtres murées. Gérard et Michel, décident alors de peindre sur ces murs à l'aspect sinistre des animaux, girafes, hippopotames, etc. Leur univers est fait essentiellement d'animaux exotiques.

Oeuvre de Misstic

Miss Tic, n'est plus à présenter, tout bon piéton de Paris connait son œuvre à la fois plastique et poétique peut être moins l'artiste née en 1956 d'un père Tunisien et d'une mère "paysanne éclairée"  et qui a vécu son enfance d'abord sur la Butte Montmartre puis à Orly.  Son enfance et son adolescence sont marquées par la mort de sa mère, son frère et sa grand mère dans un accident de voiture en 1966 qui la laisse avec un handicap définitif de la main droite et en fait une "gauchère obligée" et de son père d'une crise cardiaque six ans plus tard. Après ses études secondaires elle se forme pendant plusieurs années aux arts appliqués, aux décors de théâtre, à la photogravure. Clandestine depuis son adolescence, c'est en 1985 qu'au retour des Etats-Unis qu'elle quitte à la suite d'une déception sentimentale, elle commence son œuvre de street-artiste sauvage à Paris.  L'époque n'aime pas trop ses graffiti sauvages et dans un procès la justice lui colle une amende de 4500 €. Aujourd'hui artiste reconnue elle n'a pas perdu sa verve de jeunesse.

Le doigt dans le nez, oeuvre de Zabou

Zabou est une street artiste française installée à Londres depuis 2011. A l'origine elle s'expatrie à Londres pour effectuer un master à l'université des Arts. C'est dans les quartiers londoniens  qu'elle découvre l'art urbain et s'y adonne elle même dès 2012. C'est évidemment à Londres qu'on peut voir le plus grand nombre d'œuvres mais Paris n'est pas ignoré et notamment le 13ème où elle en a peint beaucoup. Je vous avais déjà peut être montré celle-là dans un autre article. En dehors de cette activité de street-artiste, elle travaille aussi comme illustratrice, graphiste et web designer.

Oeuvre de kamlaurene

Kamlaurene est un couple d'artistes parisiens. Kam et Laurene, ça ne s'invente pas, se sont rencontrés en 2014 sur leur lieu de travail, rue de la Fidélité, dans le 10ème arrondissement de Paris. De ce coup de foudre est né le street-artiste kamlaurene, une fusion amoureuse où la passion de l'architecture et de la couleur se mêle dans la silhouette de personnages aux regards noirs et aux visages dorés qui semblent regarder fixement les passant et réclamant leur attention, tout en interrogeant l'évolution de l'homme par leur aspect androïde.

Les deux dragons du coeur

Une œuvre de Dark. x Codex J.bamuy si je déchiffre correctement la signature. Un pseudo assez mystérieux mais une œuvre intéressante qui interroge. Le titre donné par moi en constitue une interprétation possible mais sans doute pas la seule.

L'homme poursuivi

Je ne connais pas l'auteur de cette fresque assez mystérieuse que j'ai appelé "L'homme poursuivi". Quel est cette homme poursuivi ?  J'ai cherché et voilà mon idée : il s'agit de l'homme européen et chrétien et cela fait référence à ses relations problématiques et conflictuelles avec l'Islam depuis son avènement.  Comment j'en suis arrivé à cette conclusion ? Il n'y a que trois dates indiquées sur les lanternes qu'il traine après lui : 732, 1571, 1683 (Vienne) qui constituent les indices laissés à notre sagacité par l'auteur. 732 tout le monde connait cette date en France, il s'agit de la bataille de Poitiers comme elle est dénommée en France ( bataille du Pavé des Martyrs pour les musulmans et bataille de Tours pour les Anglais) et qui sans mettre totalement fin aux incursions arabes et berbères signe l'arrêt de l'expansion musulmane en Europe, il s'agit déjà d'une coalition notamment des Francs et des Burgondes. En 1571, c'est la bataille de Lépante menée par la Sainte Ligue qui comprend la République de Venise, le royaume d'Espagne, les Etats des Habsbourg, de Naples et de Sicile, les Etats Pontificaux contre l'armée Turc. Il s'agit d'une nouvelle défaite musulmane car la flotte turque est anéantie et l'expansionnisme ottoman arrêté. 1683 est l'année du siège de Vienne par l'armée turque. On sait que la ville a failli être prise et n'a été sauvée que par l'arrivée de l'armée polonaise commandée par Jean III Sobiewski, roi de Pologne, né près de Lviv (aujourd'hui en Ukraine) et grand-duc de Lituanie. Donc une nouvelle fois une coalition avec des troupes impériales, saxonnes, bavaroises et polonaises qui marque un tournant dans l'expansionnisme ottoman grâce à la victoire remportée par la coalition au Kahlemberg près de Vienne. Suite à cette bataille l'Empire des Habsbourg se lance à la reconquête de la Hongrie et des Balkans. On remarquera que la guirlande de lanternes se poursuit et que nous n'avons pas aujourd'hui encore trouvé de modus vivendi avec cette troisième civilisation du Livre. C'est peut être ce que rappelle cette fresque. Faudra-t-il en inventer une quatrième ou bien renoncer à la prétention à l'universalité pour ces deux religions et civilisations ?

Le réveil de Kékup, le sigle de L11 et un visage d'un autre street-artiste

Au même lieu que la fresque de "L'homme poursuivi" ces collages de street-artistes incite moins à la réflexion mais font maintenant partie du paysage parisien, des traces laissées de leur passage par les artistes. Pour monter si haut sur le mur, il ne fallait pas peser 3000 Kg.  Ce qui est curieux c'est que cette voie qui se dit privée est ouverte à la circulation piétonne et automobile sauf au véhicule de plus de trois tonnes. Quel véhicule privé peut peser trois tonnes ? Le passage Barraud est une voie parisienne pavée qui ressemble en moins long au Mur de Grammont du Tour de Flandres pour ceux qui s'intéresse au cyclisme, le pavé y est grossier et de guingois, c'est ce qui fait son charme en dehors du street art.

Porte et enseigne rue Barraud

- T'as de beaux yeux, tu sais. - Embrasse-moi ! Dialogue de Gabin et Michel Morgan dans Quai des brumes.

Boulevard Auguste Blanqui
Toujours boulevard Auguste Blanqui

Auguste Blanqui est un révolutionnaire socialiste français, il est à l'origine du blanquisme qui prône la violence révolutionnaire et s'oppose aux principe des élections représentatives. Il a passé une grande partie de sa vie en prison et a été surnommé "L'Enfermé". Il a publié en 1880 son journal sous le titre "Ni dieu, ni maître", devenu une des références du mouvement anarchiste.

Rue Le Dantec

Lézarts de la Bièvre est une association d'artistes des 13ème et 5ème arrondissements de Paris qui prétend faire revivre, à travers œuvres et échanges permanents avec le public, la Bièvre, rivière disparue et devenue souterraine qui entre dans Paris à la Poterne des Peupliers et se jette dans la Seine au niveau de la gare d'Austerlitz.

Au coin de la rue Barraud et de la rue Alphand

Il s'agit d'un grand panneau de mur couvert de différents collages et oeuvres de plusieurs artistes.

Un des coeurs de Heart Craft

Heart Craft est un artiste parisien. Il s'est lancé  récemment dans le street-art. Ses cœurs de veulent une réaction à la violence de l'époque et un message de tolérance, de paix et de dialogue, une invite au partage sans distinction de couleur de peau, de religion, d'orientation sexuelle, etc. Ce cœur papillon arc-en-ciel en est le reflet et le symbole.

… à suivre

 

Publié dans Paris, Street Art, Photos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Betty... 25/08/2019 11:29

Bel été à toi Pierre , merci pour ces ballades à travers la capitale ...

tilk 23/08/2019 00:52

magnifique !!!
j'y vais à la fin du mois de septembre !!!
amitié
tilk

Sedna 22/08/2019 13:56

J'aime beaucoup cette promenade au travers de ces fresques originales ..belle découverte