Première élégie de Duino (extrait)

Publié le par Pi_ro_94

Qui

si je crie

pour m'entendre ?

Quel ange parmi les ange ?

Et même s'il s'en trouvait un pour soudain

me prendre contre son cœur ?

Telle présence, j'en mourrais.

Car la beauté commence comme la terreur :

à peine supportable.

Et si nous l'admirons tant, c'est que nous détruire ne daigne :

quel que soit l'ange, il est terrible.

Autant donc taire au fond de moi renfoui

l'obscur sanglot.

Qui,

alors, qui

appeler à l'aide ?

Pas l'ange.... Pas l'homme....

Les animaux ,eux, le savent bien,

notre mal-être en ce monde nous ne pouvons guère que l'interpréter.

 

Quoi,

alors, que

nous reste-t-il ?

Peut-être un arbre en quelque ravin,

- à revenir regarder, chaque jour ;

ou la rue, familière de longtemps,

que l'habitude y prenant goût sut inscrire en nos pas, facile, fidèle.

Et la nuit - ô la nuit,

- quand le vent porteur des espaces et des mondes 

donne forme à nos visages -,

elle nous reste, elle, douce autant que désirée,

décevante ;

elle, cette épreuve pour tout cœur solitaire.

Est-elle plus clémente aux amants ?

Hélas, ils ne font

l'un à l'autre que se masquer leur destin.

Ne le savais-tu pas déjà ?

Ouvre grands tes bras, que leur vide rejoigne

les espaces où nous prenons souffle :

peut-être les oiseaux, dans le secret savoir de leur vol,

sentiront-ils le ciel

soudain plus vaste.

 

Rainer Maria RILKE

in Elégies de Duino

Traduit de l'allemand par Maximine

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jean-Claude 01/08/2020 19:10

Bonjour, Rilke n'est pas un poète facile à lire. J'y reviens de temps à autre, crois pourtant saisir certaines choses, relis, reprends encore...et je ne me risquerai pas à en parler.

Mais je crois que cette analyse a ses mérites et m'a, personnellement, aidée :
http://guykarl.canalblog.com/archives/2011/09/20/22100050.html
(Peut-être connais-tu déjà Guy Karl)
J'ai le bouquin à la main, je m'y replonge, c'est dit !

piro 01/08/2020 23:01

La poésie est polyphonique. L'important c'est le sens qu'elle a pour nous. Rilke c'est un peu expliqué sur l'ange. On sait donc qu'il n'a rien à voir avec le christianisme. Cela reste un être surnaturel, c'est pourquoi il est terrible. La nature peut être consolatrice mais qu'apporte l'ange ?

Sedna 21/07/2020 12:02

Très beau texte nostalgique .la chute est si belle

Pi_ro_94 21/07/2020 16:23

J'y vois plutôt une plainte sur la condition du poète et la condition humaine, il y a comme une malédiction à surmonter, peut être en regardant un arbre ou en suivant son chemin habituel ou en ouvrant grands les bras dans une exaltation mystique. La spiritualité semble ne plus résider que dans la Nature, et celle métaphysique de l'Ange est trop terrible.